À propos

Le carnet

Le carnet « Gloses philosophiques à l’ère digitale » vise à rendre compte de l’avancement du projet de post-doctorat (INSHS-CNRS) mené par Emmanuelle Kuhry (IRHT-CNRS) sur l’édition de la glose d’Oxford sur le De plantis et les Meteora d’Aristote (13e siècle). Il comprend notamment trois volets :

  • 1. une présentation du projet d’édition et des comptes-rendus de son avancement
  • 2. des billets sur les humanités numériques en rapport avec le projet
  • 3. une section de comptes-rendus, notamment du séminaire sur les manuscrits et les humanités numériques qui aura à lieu à partir de la rentrée 2018 à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS)

Le projet

Le projet post-doctoral « La glose d’Oxford : une source majeure du savoir naturaliste universitaire au 13e siècle. Édition électronique et création d’outils numériques pour l’édition scientifique » vise une étude pionnière de la glossa anglicana ou glose d’Oxford1, à travers la recension de ses manuscrits et l’édition scientifique de la glose associée à deux des livres naturels aristotéliciens, le De plantis du pseudo-aristotélicien Nicolas de Damas2, et les Meteora3.

Le projet comporte deux volets :

  • l’édition scientifique du texte glosé en XML-TEI assortie d’une publication électronique qui permette de consulter le texte de tous les manuscrits collationnés et d’effectuer des recherches croisées dans le texte ou dans les gloses ; une réflexion sur la faisabilité d’une édition papier à partir de cet encodage via une transformation vers LaTeX
  • la mise au point d’outils et de ressources pour l’édition scientifique en XML-TEI, parmi lesquels : environnements de balisage, feuilles XSLT pour la transformation d’un éditeur de texte vers XML-TEI et d’XML-TEI vers LaTeX, schémas-type, méthodologies d’encodage
  1. Voir à ce sujet la bibliographie et la présentation succincte faite en préambule du billet Présentation de la glose d’Oxford sur le De anima (Porto, 26 avril 2018) []
  2. H.J. Drossaart Lulofs, E.L.J. Poortman, (éds.), Nicolaus Damascenus, Liber Aristotelis de vegetabilibus et plantis, trans. Alfredus de Sareshill, in Nicolaus Damascenus De Plantis. Five Translations (Aristoteles Semitico-Latinus), Amsterdam, North-Holland Publishing, 1989. Sur le caractère apocryphe, voir : S.J. Williams, « Defining the Corpus Aristotelicum : Scholastic Awareness of Aristotelian Spuria in the High Middle Ages », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 58, 1995, p. 29-51. []
  3. P.L. Schoonheim, (éd.), Aristotle’s Meteorology in the Arabico-Latin Tradition, Leiden, Brill, 2000 ; E. Rubino (éd.), Aristoteles. Meteorologica. Liber quartus. Translatio Henrici Aristippi, Turnhout, Brepols, 2010. []