L’édition des gloses. Le cas de la glossa anglicana ou glose d’Oxford. Quelques réflexions

Ce billet est issu de ma présentation lors de la séance du séminaire « Les p’tits déj’ ‘Humanités numériques’ de l’IRHT » du 22 février 2019, consacrée à l’édition des textes difficiles (gloses, florilèges).

Corpus

La glossa anglicana ou glose d’Oxford est une chaîne de commentaires copiée autour des textes du corpus vetustius des traités d’Aristote sur la nature, dans des manuscrits spécialement structurés pour accueillir plusieurs étages de gloses.

L’expression corpus vetustius désigne le corpus des traductions gréco-latines ou arabo-latines anciennes des traités aristotéliciens, réalisées jusqu’au milieu du 13e siècle. Cet apparat de gloses était utilisé à l’université d’Oxford au 13e siècle dans le cadre de l’enseignement en faculté des arts et avait pour but d’expliciter le texte d’Aristote, à l’aide de citations de commentateurs arabes et latins et de leçons données à Oxford par des maîtres ès arts contemporains. Ces “textbooks” constituaient de véritables manuels de la faculté des arts, sur lesquels les étudiants pouvaient prendre des notes pendant ou après les leçons.

Manuscrit London, British Library Harley 3487, f.22v, numérisé intégralement sur le site de la British Library

Ainsi le manuscrit Royal 12.G.II aurait été copié et glosé au cours de leçons à Oxford par Henri de Renham dans le 3e quart du 13e siècle selon une note qu’il a copiée au verso du premier feuillet.

“Quem librum scripsit Henricus de Renham et audivit in scolis Oxonie et emendavit et glosavit audiendo”. Manuscrit London, British Library Royal 12.G.II f. 1v-2r

Les éditions précédentes

Les éditions qui ont été réalisées sur ce corpus sont toutes des éditions papier. Ce sont des éditions partielles sur la glose à l’un des traités du corpus vetustius, dont voici les composants :

Ch. Burnett, « The introduction of Aristotle’s natural philosophy in Great Britain : a preliminary survey of the manuscript evidence », Aristotle in Britain during the Middle Ages, 1996, p. 21-50.

La première est l’édition des gloses sur la Physique par Charles Burnett : la traduction gréco-latine du texte aristotélicien et la traduction arabo-latine de Michel Scot sont découpées d’après la segmentation d’Averroès. En effet seules les gloses citant Averroès sont éditées ici. Sur la page de droite, on trouve l’édition des gloses dans la colonne de droite, avec les variantes de quatre manuscrits. Le commentaire d’Averroès est reproduit à des fins comparatives dans la colonne de gauche.

Ch. Burnett, A. Mendelsohn, “Aristotle and Averroes on Method in the Middle Ages and Renaissance: the ‘Oxford Gloss’ to the Physics and Pietro d’Afeltro’s Expositio Proemii Averroys”, Method and Order in Renaissance Philosophy of Nature. The Aristotle Commentary Tradition, 1997

On a donc une mise en regard des lieux communs pour faciliter les rapprochements entre les textes et l’identification des passages cités par la glose, mais on voit vite les limites physiques de cette structure en colonnes, qui pourrait difficilement accueillir davantage de texte, par exemple des variantes attestées par d’autres manuscrits, ou d’autres gloses, puisque seules les gloses citant Averroès sont éditées ici.

Dans l’édition des gloses sur le De plantis faite par Roger K. French, le texte d’Aristote est fourni dans une première partie d’après un unique manuscrit sans apparat. Ensuite les gloses sont éditées avec un apparat qui prend en compte neuf manuscrits anglais.


R. French, « Teaching Aristotle in the Medieval English Universities : De plantis and the physical Glossa ordinaria », Physis, 34, 1997

Dans chaque partie, les lemmes sont mis en valeur grâce au soulignement. On a du mal à lire en séquence le texte et les gloses vu l’éloignement du texte par rapport aux gloses, il faut donc avoir deux pages ouvertes côte à côte pour pouvoir le faire. Par ailleurs lorsque l’on consulte les manuscrits, on se rend compte que son apparat manque parfois de précision et n’est pas exhaustif. Enfin comme il n’y a pas d’apparat pour le texte central édité à partir d’un manuscrit, l’édition des gloses apparaît en quelque sorte « hors sol », notamment pour toutes les variantes du manuscrit de base.

Dans l’édition des gloses sur le texte du De differentia spiritus et anime par Edmund J. French, l’éditeur a transcrit les gloses d’un manuscrit, sans texte central.


E. J. French, Adam of Buckfield and the Early Universities, PhD, University of London, 1998

Il y a des notes avec des références ponctuelles à d’autres témoins. Dans ce cas on a plutôt affaire à un outil ou à des collations préliminaires qu’à une édition.

Dans l’édition des gloses sur le De sensu et sensato I par Griet Galle, la localisation des gloses dans les différents manuscrits est restituée précisément.


G. Galle (ed.), “Edition and discussion of the Oxford glosses on De sensu I”, Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 75, 2008, p. 197-281

Elle signale notamment quand une glose marginale devient interlinéaire et inversement ou quand la glose est accrochée à un autre lemme. Pour donner à lire le texte et les gloses de façon séquentielle, l’éditrice a réalisé une segmentation du texte fondée sur la manière de diviser le texte d’Aristote visible dans plusieurs manuscrits et fondée sur le commentaire du texte par Adam de Buckfield. Un apparat critique accompagne le texte central et les gloses. C’est une édition précise et rigoureuse. La seule chose que l’on pourrait reprocher à cette édition pourrait être la relative difficulté de lecture de l’ensemble.

Les principaux problèmes qu’ont rencontrés ces éditeurs sont donc :

  1. la restitution de la complexité de la tradition manuscrite et des variantes du texte et des gloses
  2. la précision de l’apparat, notamment dans la caractérisation des gloses quant à leur localisation sur la page et dans leur rapport au texte via le lemme et donc la restitution de l’aspect mobile des gloses
  3. l’ergonomie générale et la facilité de lecture

Que pourrait apporter une édition électronique ? On pourrait espérer une amélioration sur tous les points évoqués :

1. l’encodage en XML-TEI et plus particulièrement le module « Critical apparatus » permet d’encoder les collations dans le fichier selon trois méthodes :

On encode les variantes à un autre endroit du texte ou dans un autre fichier, en faisant référence à l’identifiant de l’élément le plus petit contenant la variante (par exemple la ligne).

Le début et la fin du segment variant sont explicitement marqués soit avec l’identifiant unique de l’élément englobant, soit avec un élément vide comme une ancre. Les variantes sont également encodées ailleurs mais en faisant référence à ces points de début et de fin, c’est donc une méthode plus précise.

Cette dernière est celle qui est le plus fréquemment utilisée. Elle est facile à mettre en œuvre et permet d’encoder toutes les leçons d’un même lieu variant au même endroit dans le fichier, directement dans le texte. Au moyen d’outils existants comme la Versioning machine ou la TEI Critical apparatus toolbox de Marjorie Burghart, elle permet de reconstituer le texte de chaque manuscrit encodé de façon automatique.

Cette méthodologie d’encodage permet l’exhaustivité et la précision maximale des informations, dont on choisira d’afficher ou de masquer tel ou tel type. Elle offre l’avantage de centraliser toutes les informations sur un lieu variant au même endroit dans le texte même, ce qui permet d’embrasser d’un seul regard l’ensemble de la tradition manuscrite.

Vue « brute » (à gauche) et mise en forme au moyen d’une feuille de style CSS (à droite) des variantes encodées en XML-TEI avec la méthode « Parallel segmentation » : chaque variante est logée dans un élément rdg. Ici l’élément term, dont l’attribut type porte la valeur « lemme » a été choisi pour indiquer que le mot constitue un lemme dans le manuscrit (une glose lui est attachée). L’attribut target pointe vers la glose par l’intermédiaire de son identifiant unique. Les gloses sont stockées dans un second fichier.

Le travail est facilité et rendu plus rapide avec un environnement de balisage dont un maximum de commandes ont été automatisées et qui permet d’afficher toutes les variantes dans le texte ou la reconstitution de chaque manuscrit dans une vue propre (outil qui sera à terme disponible au sein des ressources de l’IRHT pour l’édition de sources ; télécharger l’environnement de balisage des inventaires anciens sur le site de l’Equipex Biblissima).

Environnement de balisage du texte central configuré sous XMLMind XML Editor

Les recommandations de la TEI permettent aussi de décrire précisément les phénomènes d’ajout, de suppression, les mains identifiables etc, toutes choses que l’on peut choisir d’afficher ou non. On peut à la fois encoder toutes les variantes au même endroit, et, dans une phase ultérieure du travail, choisir chaque variante à retenir pour la reconstitution du texte, mais aussi les variantes à retenir dans l’apparat, en spécifiant ces informations dans l’encodage.

2. Ce qui m’amène à mon deuxième point d’amélioration : la précision de l’apparat quant au caractère interlinéaire ou marginal des gloses et quant au changement de lemme. En ce qui concerne le caractère interlinéaire ou marginal des gloses, c’est une information qui peut avoir son intérêt, notamment pour reconstituer des familles potentielles de manuscrits. Dans certains témoins on trouve en effet des gloses marginales copiées en colonne et à la suite les unes des autres, ce qui semble indiquer une possible transmission écrite des gloses à partir d’un modèle glosé plutôt que purement orale ou à partir de notes. On pourrait même aller jusqu’à numéroter les gloses dans l’ordre d’apparition sur la page ou sur la colonne ce qui faciliterait les rapprochements entre les manuscrits. Ce genre de regroupement de glose pourrait être généré par une mise en page du modèle donnant les gloses marginales en une seule colonne.

Groupe de gloses insérées à la suite les unes des autres dans le manuscrit London, British Library
Royal 12.G.II, f. 206r (en rouge)
Mise en page similaire de gloses « en colonne » dans les manuscrits Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana Plut. XIII Sin.5, f. 162r (à gauche) et London, British Library Royal 12.G.II, f. 206r (à droite) (en rouge)

De même les changements de lemme peuvent révéler une incompréhension de l’endroit où placer la glose, qui peut être due au décalage de la copie dans le cas où les gloses sont copiées après coup, ou à une copie d’un exemplaire glosé dont on a mal interprété le placement des gloses.

Dans d’autres cas, on constate qu’une glose est copiée alors que le lemme auquel elle doit normalement être attachée ne figure pas dans cet état du texte, comme ici avec l’exemple de demonis au sujet de l’arc-en-ciel dans les Meteora.

Manuscrit Città del Vaticano, BAV Urb. lat. 206, f. 234v, numérisé intégralement sur Digivatlib
Manuscrit London, British Library Harley 3487, f.158v
Glose (id est scientis […], en rose) reliée au lemme demonis (en bleu) dans les manuscrits Urb. lat. 206 et Harley 3487.
Glose présente mais lemme absent dans le manuscrit London, British Library Royal 12.G.II, f. 255r

3. Enfin en ce qui concerne l’ergonomie générale et la facilité de lecture, on a plusieurs options, compte tenu du fait qu’il est à peu près impossible de reproduire la mise en page médiévale :

  • opérer une segmentation importante du texte et faire suivre les gloses correspondantes, comme dans l’édition de Griet Galle des gloses sur le De sensu et sensato, ou dans le projet Gloss-e qui a un affichage à mon sens très efficace et très commode pour la lecture séquentielle :
Affichage de l’édition électronique de la glose biblique (projet Gloss-e)
  • conserver un texte central d’un seul tenant mais alors trouver une manière efficace de lier les gloses au texte et de permettre de les lire au clic, au fur et à mesure que le lecteur avance dans le texte

On peut certainement imaginer d’autres solutions mais à mon avis elles demanderaient des moyens techniques plus importants avec des développements ad hoc.

Dans l’édition de la glose d’Oxford, j’ai les contraintes suivantes :

en ce qui concerne le statut du texte central :

  • je veux donner accès au texte glosé pour permettre la facilité de lecture, ce qui implique de transcrire le texte ou de livrer l’édition de l’Aristoteles latinus

Si je ne veux pas faire une édition des gloses qui soit « hors-sol », c’est-à-dire soit liée à un texte édité selon des principes différents des miens et notamment se fondant sur d’autres manuscrits, comme le texte de l’Aristoteles latinus, soit liée au texte d’un manuscrit unique, comme chez French, je dois collationner le texte central également. J’ai pensé au début que je pouvais collationner uniquement les lemmes, mais en réalité le lemme est très variant d’un manuscrit à l’autre donc on n’a pas d’autre choix que de faire la collation pour tout le texte.

  • ensuite il faut d’une manière ou d’une autre lier le texte central aux gloses

J’aurais pu transcrire les gloses dans le même fichier, accrochées au lemme mais dans ce cas je ne rends pas compte de la mobilité des gloses d’un lemme à l’autre. J’ai donc séparé texte et gloses dans deux fichiers, et chaque lemme du texte est lié par un attribut pointeur à la glose ou aux gloses qui lui sont liées dans le manuscrit.

S

Cela nous ramène à la question du statut des gloses : faut-il les éditer comme un texte d’auteur, en reconstituant un texte dans une édition stemmatique ? De mon point de vue, il s’agit d’un texte qui se prête peu à ce genre d’édition : texte conçu comme un texte outil, abrégé ou rallongé selon les circonstances, probablement avec des auteurs ou plutôt compilateurs multiples et loin d’atteindre l’état de canonisation de la glose ordinaire. Dans ces conditions, il paraît préférable de se tourner vers l’édition d’un manuscrit de base avec un apparat de variantes qui comprend les gloses supplémentaires et les variantes des gloses et du texte central.

Quel manuscrit choisir ? La plupart des témoins ne sont pas datés et quand ils le sont, c’est pour le texte central et non les gloses, comme dans le cas du manuscrit du Vatican dont le texte central est copié avant 1253 et dont Charles Burnett a pu dire qu’il présentait un état préliminaire de la glose, ce qui est loin d’être certain.

Manuscrit BAV, Urb. lat. 206, f. 210 et 258

Ce qu’on peut dire c’est qu’ici la glose semble abrégée car un grand espace est réservé pour le commentaire d’Adam de Buckfield qui court sur toute la marge inférieure. Dans d’autres manuscrits le commentaire d’Adam entoure le texte et il y a réellement moins de place sur le feuillet pour d’autres gloses.

Pour l’instant le parti pris a été de réaliser une typologie des gloses sur le De plantis et de choisir un manuscrit présentant un grand nombre de gloses pour démarrer le travail d’encodage. L’encodage en XML-TEI permet de réaliser tout le travail de collation dans un premier temps et de choisir ensuite les leçons du manuscrit de base, en insérant simplement l’information sur le même fichier et en choisissant d’afficher ou non les informations sélectionnées.

L’idée serait de donner accès à tout l’apparat mais aussi, ultérieurement, de produire une édition papier et électronique sélective. À partir des collations en XML-TEI, une interface de consultation a pu être créée pour permettre de lire le texte et les gloses au moyen de pop-ups, mais aussi d’afficher ou non des éléments supplémentaires parmi lesquels : l’apparat des variantes, les mains identifiées, les additions / suppressions / corrections, les formes corrigées ou régularisées etc.


Prototype d’édition de la glose d’Oxford sur le De plantis (prologue)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search