Édition électronique du De plantis glosé : problèmes et solutions

Introduction

Dans cette série de billets j’aborderai la question de la structure du texte glosé et ses conséquences pour l’édition.

Voir sur ce blog la présentation du projet post-doctoral ici et l’introduction consacrée à la glose d’Oxford ici.

L’édition d’un texte glosé, qu’elle soit sous format papier ou électronique, pose un certain nombre de problèmes d’ordres scientifique et éditorial, parmi lesquels :

  •  le rattachement des gloses au texte, qui pose les questions sous-jacentes suivantes :
    •  la question de la segmentation éventuelle du texte
    •  le traitement des lemmes dans le contexte de la tradition manuscrite (un lemme étant le terme du texte central sur lequel porte la glose)
  • le traitement de l’information liée à la tradition manuscrite et l’exhaustivité/exactitude/précision de l’apparat critique
  •  la question juridique de la reproduction du texte central, souvent déjà édité
  •  l’ergonomie de l’ensemble et la facilité d’accès au texte et à l’apparat

Dans le domaine papier, rares sont les tentatives d’édition du texte glosé qui allient sur la même page texte central et gloses. On peut citer l’exception de la glose biblique, dont les éditeurs ont souvent reproduit le texte central d’un manuscrit de base ou de l’incunable de Rush publié à Strasbourg en 1480/14811. En ce qui concerne la glose d’Oxford, deux éditions reproduisent ensemble les gloses et le texte central selon l’Aristoteles latinus2 ou selon une édition critique en cours3. Ces deux éditions sont partielles.

Dans le domaine électronique, la plupart des éditions de textes glosés ne donnent pas accès au texte central en continuité avec les gloses. On peut cependant citer quelques exceptions, parmi lesquelles l’édition du texte glosé du De nuptiis Philologiae et Mercurii de Martianus Capella dans le manuscrit de Leyde4, ainsi que l’édition des gloses sur le même texte dans le manuscrit de Cologne5. Ces deux éditions sont réalisées sur un seul manuscrit et sont dépourvues d’apparat critique. Le texte central des différents manuscrits est accessible, dans l’édition des gloses sur Perse, en relation avec les gloses marginales et interlinéaires, dans des fenêtres différentes6. Il n’y a pas d’apparat critique. Enfin le projet, toujours en cours, d’édition électronique de la Bible glosée à partir de l’incunable de Rush, propose la lecture du texte et des gloses en continuité grâce à une segmentation fine du texte7. Des notes rapportent les variantes de l’édition mineure de Weber et ponctuellement les variantes d’autres manuscrits.

Dans le projet d’édition électronique du De plantis glosé, on a voulu rassembler les critères suivants :

  •  lecture séquentielle du texte et des gloses
  • accès facilité à l’apparat critique du texte et des gloses
  • prise en compte d’une fraction représentative de la tradition manuscrite
  • mise à disposition d’apparats complets, précis et exacts
  • matérialisation du déplacement des gloses, d’un lemme à l’autre et de l’interligne à la marge et inversement
  • signalement de l’absence ou de la présence de chaque glose dans les manuscrits
  • précision des mains lorsqu’il y a lieu

On part donc avec un certain nombre de contraintes initiales :

  •  un texte de base variant selon les manuscrits, avec des lemmes :
    • manquants
    •  variants
    •  supplémentaires
  • des gloses absentes ou supplémentaires
  •  des variantes dans le texte des gloses
  •  des gloses liées à des lemmes différents selon le manuscrit, en d’autres termes une mobilité des gloses
  •  des gloses interlinéaires qui peuvent être marginales dans certains manuscrits et inversement
  •  des gloses non accrochées à des lemmes, et particulièrement des gloses présentes alors que le lemme est absent du texte du manuscrit, ce qui implique une dissociation entre tradition des gloses et tradition du texte
  •  des gloses qui peuvent être concaténées dans un manuscrit et explosées dans un autre
  •  une distinction entre « ajout » et « glose interlinéaire » qui peut être ambigüe dans le cas où l’ajout signale une variante du texte central provenant d’un autre manuscrit, cet ajout pouvant être de la main d’un glossateur
  •  la présence de mains différentes dans les gloses ou dans les corrections du texte central

Pour l’édition électronique, le choix de l’encodage du texte en XML au moyen du module « Critical apparatus » de la Text Encoding Initiative8 a semblé un choix évident. L’encodage des variantes en « Parallel segmentation »9 permet une reconstitution aisée du texte de chaque témoin, que ce soit au sein de l’éditeur XML grâce à des feuilles de style CSS, ou grâce à des outils tiers comme la Versioning machine10 ou l’outil “Display parallel versions” de la  TEI Critical Apparatus Toolbox11.

La création automatique d’un apparat critique publiable sur papier à partir de cet encodage reste une question problématique que nous aurons l’occasion d’aborder plus tard.

Structure XML-TEI (à suivre)

Le texte central (à suivre)

Les gloses (à suivre)

Accrocher les gloses au texte (à suivre)

Baliser le texte en XML-TEI : créer un environnement de balisage (à suivre)

Identifier les sources des gloses (à suivre)

  1. M. A. Zier, « The manuscript tradition of the Glossa ordinaria for Daniel, and hints at a method for a critical edition », Scriptorium, 47, 1993, p. 3‑25 ; M. Dove, Glossa ordinaria in canticum canticorum, Turnhout, Brepols, (CCCM 170.22), 1997 ; A. Andrée, Gilbertus Universalis : Glossa ordinaria in Lamentationes Ieremie prophete. Prothemata et Liber I. A Critical Edition with an Introduction and a Translation, Stockholm, (Acta Universitatis Stockholmiensis. Studia latina Stockholmiensia 52), 2005. []
  2. Ch. Burnett et A. Mendelsohn, « Aristotle and Averroes on Method in the Middle Ages and Renaissance : the ‘Oxford Gloss’ to the Physics and Pietro d’Afeltro’s Expositio Proemii Averroys », in Method and order in renaissance philosophy of nature. The Aristotle Commentary Tradition, édité par Daniel A. Di Liscia, Eckhard Kessler, et Charlotte Methuen, 1997, p. 53‑111. []
  3. G. Galle, « Edition and discussion of the Oxford glosses on De sensu I », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 75, 2008, p. 197‑281. []
  4. http://martianus.huygens.knaw.nl/path par M. Teeuwen. []
  5. http://www.martianus.mueze.lmu.de/index.htm par M. Isépy et B. Posselt. []
  6. http://www.persius.mueze.lmu.de/ghtm/gfr.htm par M. Hellmann, S. Ullrich et C. Wiener. []
  7. http://gloss-e.irht.cnrs.fr/ par M. Morard. []
  8. http://www.tei-c.org/ []
  9. http://www.tei-c.org/release/doc/tei-p5-doc/en/html/TC.html#TCAPPS []
  10. http://v-machine.org/ par S. Schreibman. []
  11. http://teicat.huma-num.fr/witnesses.php par M. Burghart. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search